mercredi 30 janvier 2008

PEINDRE L’EAU À L’AQUARELLE – LOON LAKE ET LAC TREMBLANT NORD

Peindre l’eau, son mouvement et les reflets est surtout un défi pour l’aquarelliste. Peindre un cours d’eau ou capter le sens de l’eau d’un lac par exemple est un jeu d’hasard. À l’aquarelle, corriger un lavis fraîchement posé, surtout un qui représente une surface d’eau, est presque impossible. Il faut le réussir du premier coup. Vaut mieux recommencer toute l’aquarelle sur une feuille vierge plutôt que d’essayer d’ajuster.



La technique s’apprend en observant une démonstration. Certains réussissent assez bien du premier coup. D’autres y arrivent plus difficilement. C’est normal. D’ordre général il est préférable de peindre l’eau « mouillé sur mouillé » car une surface d’eau reflète en grande partie le ciel. Parce que le ciel à une allure peu texturée son reflet lui aussi doit sembler imprécis.

Quel est le secret de la maîtrise de ce sujet? Selon moi elle se résume en deux mots : observation et émotion.

Observation : Vous voulez peindre l’effet de l’eau? Observez son mouvement. Asseyez-vous sur la rive d’un lac ou d’une rivière et regardez intensément ce qui se passe. Observerez et dessinez l’effet. Sans tarder, retournez en atelier et peignez d’après vos études et d’après votre mémoire. Encore mieux, faites votre aquarelle sur le motif. Oubliez la photo. Tout cours d’eau bouge. La photo ne représente qu’un déclic dans le temps. Elle est statique. L’eau est constamment en mouvement. Elle a de la vie. Il faut arriver à comprendre l’essence de cette substance.



Émotion : Ce deuxième item est plus complexe et subtil à comprendre. J’ai parcouru une bonne partie du livre Painting and Drawing Water par Norman Battershill. J’ai relevé des segments de phrases où une émotion ou un sentiment est mentionné lorsque l’auteur parle d’eau. Le sentiment est en italique. Méditez sur ces mots. Mémorisez-les. Lorsque vous peignez de l’eau puisez dans votre banque de mémoire afin que ces sentiments reviennent à la surface.

… capter l’esprit de l’eau en mouvement . . .
… la première considération est de déterminer comment l’eau bouge . . .
… vous pourrez capter le sens de l’action et le caractère de l’eau en mouvement.
… pour devenir absorbé dans l’atmosphère du sujet.
… Je recherchais un plus grand sentiment du mouillé …
… J’ai essayé de capter l’atmosphère . . .
… afin de transmettre l’idée de la tranquillité de la scène . . .
… capter l’effet de brume qui se soulève . . .
… de créer un sentiment atmosphérique d’après votre imagination.
… La chose la plus importante est d’essayer de capter le sentiment de ce que vous dessiner.
…J’imagine que je suis actuellement là et que je peux sentir l’atmosphère de la lumière et de la buée.



Trevor Chamberlain, un peintre d’aujourd’hui originaire d’Angleterre dit : « Il va sans dire que la transparence de l’aquarelle, sa fluidité et la rapidité d’exécution se prête idéalement à cet aspect du paysage.» (Light and Atmosphere in Watercolour, Publication : David & Charles)

NOTE : Les aquarelles illustrées ici, peintes sur le motif, sont disponibles par l’entremise de Rouge Gallery, Saskatoon, Saskatchewan.

Raynald Murphy sca

Aucun commentaire:

Publier un commentaire